immobilier.lefigaro.fr le 18 mars 2018

immobilier.lefigaro.fr le 18 mars 2018

L'immobilier de luxe parisien fait flamber les prix par Olivier Marin

Attractivité internationale, retour des expatriés, confiance retrouvée dans l’économie...Le marché immobilier parisien du haut de gamme a plus que jamais la cote. Quitte à faire flamber les prix.
 
Dans un contexte de hausse significative de l’activité et des prix, le segment du haut de gamme est particulièrement dynamique, soutenu par des acquéreurs étrangers très actifs. «Le prix moyen au m² des ventes parisiennes s’est établi en 2017 à 13.301 euros/m² (+ 7% par rapport à 2016). «Plusieurs de nos ventes de très grand luxe ont été effectuées avec un prix supérieur à 27.000 euros/m²», précise Charles-Marie Jottras. À la dynamique de la clientèle résidant en France, s’ajoute celle des résidents étrangers, de retour sur les biens de luxe. Chez Féau, leurs acquisitions ont représenté, en 2017, 42% des ventes supérieures à 4 millions d’euros, contre 26% en 2016. Ces acquéreurs sont principalement originaires du Moyen-Orient, d’Europe et des États-Unis. «La clientèle américaine a doublé par rapport à 2016. Les Russes ont quasi disparu et les Asiatiques sont peu nombreux, mais avec des budgets très importants», ajoute le président de Féau..
 
Pour Nathalie Garcin, «le marché immobilier du luxe parisien est boosté par les non-résidents. Parmi eux, beaucoup de Français de Londres qui achètent à Paris. «Ces clients fortunés achètent dans la perspective d’un retour mais ils agissent également en investisseur. Ils se disent que Paris est encore 25% moins cher que Londres et que les prix vont augmenter», souligne-t-elle. De son côté, Thibault de Saint Vincent (Barnes) est catégorique. «Depuis l’élection d’Emmanuel Macron et des mesures économiques prises progressivement, la France a une meilleure image à l’international et les étrangers et expatriés y reviennent, en particulier à Paris». Selon lui, côté valeurs, les prix ont progressé en moyenne de 5% à 15% en 2017, en fonction de la qualité des biens. Les étrangers sont séduits par le centre de Paris: Ier, IIe, IIIe, IVe, VIIIe arrondissements pour la rive droite, VIe et VIIe arrondissements pour la rive gauche.
Le XVIe concentre plus d’un tiers des ventes de biens de luxe Alexander Kraft (Sotheby’s International Realty) se félicite de ventes records dans ce segment de marché:
«Nous avons noté non seulement une hausse de la demande mais également dans les budgets des acquéreurs, jusqu’à 20 millions d’euros. Et le mouvement se poursuit». Il se réjouit de la vente, ces dernières semaines, d’un appartement avec vue sur les jardins de Matignon pour plus de 8 millions d’euros, d’un autre situé Place des États-Unis (XVIe) pour 6,5 millions d’euros ou encore d’une maison de 440 m2 à Montmartre, sur 4 niveaux, ouvrant sur une cour arborée pour 6 millions d’euros. Toutes les agences immobilières spécialisées dans le prestige sont unanimes, en 2018: ce mouvement va perdurer. Selon une étude des notaires de Paris Ile-De-France (base Bien) - menée en exclusivité pour « Propriétés
Le Figaro » - sur le segment de logements vendus à plus de 2 millions d’euros, l’immobilier de luxe parisien représente un micromarché. Avec environ 600 ventes enregistrées en 2017 (1,7 % du marché), il est doté d’un chiffre d’affaires proportionnellement élevé: 2 milliards d’euros (11 % du volume global). Les biens de luxe parisiens sont sept fois plus chers que l’ensemble des autres logements. Le XVIe arrondissement concentre plus d’un tiers des ventes de biens de luxe (35 %). Deux arrondissements (VIIe et XVIe) ont enregistré plus d’une vente de luxe sur deux (56 ). Quatre arrondissements (VIe, VIIe, VIIIe et XVIe) ont enregistré huit ventes de luxe sur dix (79 %). Dans le VIIe arrondissement, les biens de luxe représentent 13 % des ventes (9 % dans le VIIIe, 8 % dans le VIe). Le top 3 des nationalités d’acquéreurs les plus représentées (de 2015 à 2017): les Américains devant les Italiens puis les Anglais. Pour les prix de ventes: le record en 2017 atteint 26 millions d’euros pour une maison dans le 16ème arrondissement (quartier Auteuil). Le record des prix au m² est de 38 710 € du m² pour un appartement de 6 pièces, d’une surface de 310 m², situé dans le 7ème arrondissement (quartier Invalides).
En savoir +