Propriétés de France de mars/avril 2018

Propriétés de France de mars/avril 2018

Paroles d'experts_Alexander Kraft PDG de Sotheby’s International Realty France

Quel bilan dressez-vous de l'année 2017 à Paris ?
Paris a été le marché le plus actif de l'Hexagone. En 2017, ce sont les acheteurs français qui sont revenus en force pour réaliser les projets qu'ils avaient longtemps reportés. Les acquéreurs ont profité des taux d'intérêt bas et du dynamisme du marché parisien pour acheter des biens soit plus grands, soit mieux localisés. Courant 2017, nous avons noté non seulement une hausse de la demande mais également dans les budgets des acquéreurs, jusqu'à 20 millions.
 
Quelles ont été vos plus belles ventes à Paris ?
Au cours des derniers mois, dans le VIIIe : pour plus de 8 millions d'euros, un très bel appartement avec vue sur les jardins de Matignon. Dans le XVIe, place des Etats-Unis vendu pour 6,5 millions d'euros, un appartement avec vue magnifique et de très belles prestations. Dans le XVIIIe, à Montmartre pour environ 6 millions d'euros, une maison de caractère de 440 m2, sur 4 niveaux, ouvrant sur une cour arborée de 60 m2.
 
Comment évoluent les prix ?
Après une période d'ajustement, les prix ont commencé à grimper encore une fois en 2017. Il s'agit de hausses entre 5 % et 10 %. Dépendant surtout de l'emplacement et l'état des biens. Les acheteurs sont, encore une fois, prêts à payer pour des biens de prestige qui n'ont pas de défauts, situés dans les meilleurs quartiers (le VIe, le VIIe, le VIIIe le XVIe) Ces biens haut de gamme ont, à nouveau, atteint des prix entre 12 000 euros/m2 et 20 000 euros/m2, dans certains cas, plus de 25 000 euros/m2. II est devenu pratiquement impossible de trouver des biens de ce type dans les quartiers prisés à moins de11 000 euros/m2 comme c'était encore le cas entre 2013 et 2016.
 
Quelles sont les grandes tendances ?
Environ 75 % de nos acheteurs étaient français en 2017. Ces acheteurs sont composés de Français résidant dans l'Hexagone, mais aussi de plus en plus d'expatriés qui reviennent, issus notamment de Londres, mais aussi d'Asie, d'Europe et du Moyen-Orient. Les Français expatriés reviennent de Londres pour deux raisons principales : le Brexit et la fin du statut de « non-domicilié » en Angleterre. L'élection d'Emmanuel Macron a aussi motivé beaucoup d'expatriés à préparer leur retour grâce à une confiance retrouvée en l'avenir et de solides perspectives politiques et économiques. Parallèlement, nous observons un retour des acquéreurs étrangers. Les Américains mais aussi les investisseurs du Moyen-Orient, et les Chinois.
 
Où y a-t-il des opportunités dans le haut de gamme à Paris ?
Comme l'offre pour des biens de prestige, en parfait état et dans les meilleurs secteurs des VIe, VIIe et le VIIIe arrondissements va stagner voire diminuer en raison d'une demande continue, il y a des opportunités parmi les biens de bonne qualité mais qui ne sont pas en parfait état. Actuellement, des biens nécessitant des travaux sont encore considérablement moins chers que des biens rénoves et, par conséquent, représentent des opportunités intéressantes. En termes de situation, il y a beaucoup de potentiel dans les XVIe et XVIIe arrondissements car ils sont recherches par des familles persiennes en quête de grandes surfaces et de bonne qualité de vie. Ces quartiers évoluent et voient l'installation de boutiques de luxe, de restaurants gastronomiques et de prestigieux hôtels qui attirent également une clientèle étrangère huppée. Par conséquent, ils offrent des perspectives intéressantes pour des investisseurs avisés.
 
Comment se profile l'année 2018 ?
Sous les meilleurs augures. Traditionnellement, le 1er trimestre c’est assez calme en raison de la période des fêtes. Or, nous avons été très actifs. Nous espérons donc que 2018 soit une meilleure année que 2017. Bien que la transformation de l'ISF en IFI ait été entourée de polémiques, à ce stade, nous n'avons pas vu d'impact négatif sur les transactions immobilières de prestige. Forts de ce constat, avec des taux d'intérêt encore très bas et un flux quotidien de nouveaux biens, nous sommes résolument optimistes pour 2018 •
 
"DE PLUS EN PLUS D'EXPATRIÉS REVIENNENT DE LONDRES."