Article dans le Figaro Magazine du 5 janvier 2018

Article dans le Figaro Magazine du 5 janvier 2018

À la montagne, la neige est là et les acheteurs sont de retour

par Carole Papazian

FOCUS - Les indicateurs sont à nouveau au vert pour l’immobilier de montagne. Français et étrangers s’intéressent à nouveau à ce marché, repoussant les prix à la hausse

Ces dernières années, la neige manquait à Noël, mais cet hiver la saison a mieux commencé. Une bonne nouvelle pour les propriétaires de biens immobiliers qui ont pu louer plus facilement leurs appartements. Côté acheteurs, malgré le Brexit qui pourrait avoir un effet inverse, les Britanniques étant des adeptes des stations alpines françaises, les professionnels de l’immobilier espèrent voir le marché repartir notamment dans les grandes stations. Pour des raisons diverses. Les unes parfois purement locales.
 

«À Megève, depuis juin 2017 une nouvelle zone est devenue accessible pour construire des hôtels, petites maisons et appartements neufs. De nombreux investisseurs se sont positionnés, les deux prochaines années devraient être dynamiques», estime, par exemple, Olivier Roche, directeur de Propriétés de Megève Sotheby’s International Realty. Pour des raisons plus structurelles aussi: les stations ont investi afin d’améliorer leur domaine skiable, leurs remontées mécaniques, mais aussi les activités qu’elles proposent et leurs hébergements pour mieux répondre à une demande qui a beaucoup évolué.


Chamonix au top

Investir dans l’immobilier, à la montagne, revient la plupart du temps à privilégier une destination de plaisir hivernal. Sauf à Chamonix, où la fréquentation est plus importante l’été que l’hiver. Selon Knight Frank, le temple de l’alpinisme est d’ailleurs la station de ski où les prix ont le plus augmenté depuis un an. Ils ont grappillé près de 5 % (4,8 %) entre juin 2016 et juin 2017, selon l’enquête du réseau qui porte sur les prix des chalets dans 16 stations françaises et suisses.

«Le niveau élevé du franc suisse et les règles qui encadrent l’investissement en Suisse pour les investisseurs étrangers (ils ne peuvent acheter que sur une petite partie du marché, ndlr) expliquent la faible performance des stations suisses», remarque Knight Frank. Les prix ont, par exemple, chuté de 15 % à Crans Montana, de 5 % à Villars et de 1,7 % à Verbier en un an. À Courchevel et à Megève, ils sont stables, selon cette même enquête. Selon Knight Frank, les acheteurs privilégient les stations qui fonctionnent été comme hiver pour maximiser la rentabilité de leur placement, et celles de haute altitude pour être sûrs de l’enneigement. 


En savoir +